Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Accueil > Citoyens > Propriété > Inondations > Mur anti-crue de la rivière Lorette

Inondations - Mur anti-crue de la rivière Lorette

La rivière Lorette a connu deux inondations majeures en 2005 et en 2013, motivant ainsi l’Agglomération de Québec à mettre en place des mesures de protection afin de sécuriser les résidants et commerces du secteur.

Plus de 21 M $ ont été déjà investis entre 2008 et 2017 pour sécuriser le secteur de la rivière Lorette : construction de postes de pompage, de barrages et reconstruction de ponts. La Ville de Québec, au nom de l’Agglomération de Québec, propose une mesure de protection permanente sous la forme d’un mur anti-crue. Le mur anti-crue est une solution pérenne maximisant la sécurité des résidants et commerces, minimisant les impacts et assurant une équité de protection, dans une optique de développement durable.

Investissements réalisés à ce jour

Depuis les événements de 2005, des travaux ont été réalisés afin d’améliorer la sécurité des citoyens et de préserver leur patrimoine, notamment par la réfection et l’ajout de postes de pompage et la construction de réservoirs.

Plus de 21 M$ ont été investis entre 2008 et 2017 pour la sécurité des résidants :

  • trois postes de pompage;
  • deux barrages (ruisseaux des Friches et Mont-Châtel);
  • pont des Méandres - reconstruction;
  • mesures temporaires de protection.

S’ajoute à ces investissements, la reconstruction des ponts sur l’autoroute Henri-IV par le Ministère des Transports du Québec, réalisée en 2015. Tous ces investissements ont permis d’accroître la capacité hydraulique de la rivière.

Le mur anti-crue, une solution optimale

À la suite de plusieurs études et scénarios, la solution du mur anti-crue s’avère la plus optimale.

Elle permet de :

  • maximiser la sécurité;
  • minimiser les impacts;
  • assurer l’équité de protection;
  • viser la pérennité des ouvrages.

En secteur résidentiel, le mur est majoritairement composé de bois traité et de poteaux d’acier.

Pour le secteur commercial, des sections de mur en béton et en palplanche d’acier seront également utilisées.

La conception du mur a été guidée par une étude scientifique réalisée par l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), qui a analysé les événements (en précipitations) les plus extrêmes qui ont touché la région de Québec. Cette étude a permis de déterminer la hauteur de la ligne des eaux d’une crue de récurrence 100 ans (climat futur). À la hauteur de cette ligne des eaux, une marge de sécurité de 30 cm a été additionnée afin d’établir la hauteur que devrait avoir le mur sur les terrains.

L’implantation des murs épousera la topographie naturelle du sol, et 75 % des murs devraient avoir 1 mètre et moins. Son empreinte au sol sera limitée à 0,5 m.

Création d'une servitude publique permanente

Dans le cadre de ces travaux exceptionnels sur la rivière Lorette, la construction du mur anti-crue nécessite la création d’une servitude publique permanente de 3,5 m (11,5 pi).

L’Agglomération de Québec sera ainsi propriétaire du mur anti-crue et responsable de son entretien.

Le mur anti-crue sera implanté principalement dans une zone réglementée qui interdit déjà de s’installer, de se construire et de faire usage de la rive, à une limite fixée par une distance de 10 mètres de la ligne des hautes eaux (limite de la rive).

Assurabilité

L’assurabilité d’une personne ou d’une propriété relève de la discrétion des assureurs et de leur appréciation du risque assurable.

Une fois les travaux réalisés, un document expliquant les travaux effectués pourra être mis à la disposition des propriétaires.

Prochaines étapes

Afin d’aller de l’avant avec, notamment, l’ingénierie détaillée et la construction du mur anti-crue, le projet est soumis à la procédure d’évaluation environnementale du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), et il doit être approuvé par le gouvernement du Québec selon l’échéancier préliminaire suivant :

  • 11 avril : rencontre d’information du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE)
  • Mi-mai et mi-juin : audiences publiques du BAPE
  • Septembre : Rapport du BAPE au ministre du MDDELCC
  • Décembre : Décret gouvernemental autorisant le projet

Échéancier visé

  • 2017-2018 : Préparation des plans et devis et obtention de la servitude permanente
  • 2018-2019 : Construction du mur anti-crue et interventions en rivière

En plus de la construction du mur anti-crue, s’ajoutent également ces travaux complémentaires :

  • Reconstruction du pont de la rivière Lorette et d’une portion du boulevard Wilfrid-Hamel (2017)
  • Poste de pompage des Canetons (2017)
  • Poste de pompage Wilfrid-Hamel (2018)

Documents

Renseignements supplémentaires

Pour toute question complémentaire, faites-nous connaître votre interrogation à l’adresse rivierelorette@ville.quebec.qc.ca, et un responsable vous contactera.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.