Accueil / Citoyens / Patrimoine / Archives / Pages d'histoire / Château Frontenac

Archives

Château Frontenac

Le 20 décembre 1894, l’inauguration du Château Frontenac amorce une ère nouvelle dans le domaine de l’hôtellerie à Québec. À l’instar des grands palaces de son époque, l’hôtel offre 170 chambres confortables, chauffées par des foyers, dont 93 sont pourvues d’une salle de bain privée.

L’architecte américain Bruce Price signe les plans du bâtiment, qui emprunte la forme d’un fer à cheval entourant une vaste cour intérieure. Une aile est ajoutée dès 1899. Dix ans plus tard, le succès de l’entreprise commande la construction d’une autre aile sur la rue Mont-Carmel. Walter S. Painter, architecte de Détroit, conçoit une structure de béton renforcé, revêtue de brique d’Écosse et de calcaire bleu, complétant harmonieusement le bâtiment existant. En 1909, le Château Frontenac devient le plus grand hôtel du pays.

L’hôtel acquiert sa silhouette actuelle au milieu des années 1920. Dessinée par les architectes montréalais Edward et William Maxwell, une imposante tour de 17 étages occupe l’ancienne cour intérieure du bâtiment. Conçu tel un gratte-ciel, l’édifice est flanqué de tourelles et couronné d’une toiture monumentale percée de lucarnes. L’aile Saint-Louis et une aile de services complètent cet ensemble.

À la veille de son centenaire, le Château Frontenac entreprend une cure de rajeunissement. L’édifice est réaménagé et agrandi. L’aile nouvelle, réalisée par le groupe Arcop de Montréal, se distingue subtilement des parties anciennes par une facture contemporaine. L’hôtel offre désormais plus de 600 chambres et tous les services d’un grand palace moderne.

Construit sur le site choisi par Samuel de Champlain pour le fort et le château Saint-Louis, le Château Frontenac domine le centre historique de Québec et jouit d’un panorama unique. Il a accueilli plusieurs célébrités, notamment Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt lors de la Conférence de Québec en 1943, ainsi que les 34 chefs d’État réunis au Sommet des Amériques en 2001.

Le Château Frontenac est considéré comme l’hôtel le plus photographié au monde. Il n’est donc pas surprenant que de nombreuses photographies soient conservées par les Archives de la Ville de Québec.

Rédaction  : Denyse Légaré et Paul Labrecque

Source  : Denyse Légaré, « Un château en Amérique », in Québec Un siècle de souvenirs en cartes postales, Québec, Éditions Anne Sigier, 2007, p. 69.